Quelle micro station d’épuration choisir ?

La micro station d’épuration a le vent en poupe, et en conséquence, de nombreux propriétaires de logement s’y intéressent. Mais, devant tant de choix, comment s’y retrouver ? Quelle micro station d’épuration choisir ? Nous avons eu l’occasion de tester plusieurs d’entre elles, et nous vous proposons de découvrir dans les lignes qui vont suivre les critères qui vous aideront à y voir un peu plus clair afin de faire un meilleur choix.

La technologie à adopter

On distingue deux grandes familles dans la technologie des micros stations d’épuration à savoir : la technique de boues activées ou de culture libre et la technique fixée. La différence entre ces deux techniques se trouve dans la façon de faire fonctionner les bactéries pour la digestion des polluants. Au sujet de la première famille, les bactéries seront énergisées au moyen d’une oxygénation produite par un brassage du milieu liquide de la cuve. Quant à la seconde famille, les bactéries seront énergisées au moyen d’une oxygénation sur un support comme des disques, des conduits ou encore des sacs de billes spéciales.

Les indices de sélection majeurs

Il existe des indices qui peuvent vous amener à vite vous décider si vous hésitez toujours à faire votre choix. Découvrez-les !

Le dimensionnement de la micro station d’épuration

Le dimensionnement de la micro station d’épuration est l’un des critères à ne pas négliger pour un meilleur choix de votre dispositif. Il faut noter que le dimensionnement d’un système d’assainissement non collectif ne tient pas compte du nombre d’habitants réel de l’habitation, mais de son potentiel d’occupation. Ainsi, la règle de calcul nous donne ceci : 1 équivalent-habitant = 1 pièce principale, ou 1 EH = 1 PP. Cette règle est élaborée à l’article 5 de l’arrêté ministériel du 7 mars 2012. Et ce dernier vient en fait modifier celui du 7 septembre 2009. En effet, le dimensionnement de l’installation formulé en nombre d’équivalents-habitants est identique au nombre de pièces principales selon le sens attribué par l’article R. 111-1-1 du code de la construction et de l’habitation, sauf les cas suivants pour lesquels la réalisation d’une étude spéciale est nécessaire pour justifier les bases de dimensionnement :

  • les entreprises recevant du public pour lesquelles le dimensionnement est effectué en fonction de la capacité d’accueil ;
  • les logements d’habitation individuelle pour lesquels le nombre de pièces principales est exagéré comparativement au nombre d’occupants.

Le volume du décanteur

L’importance du volume du décanteur mérite d’être soulignée dans les critères à considérer pour un meilleur choix de votre micro station d’épuration. Le volume du décanteur aura d’emblée une incidence sur la fréquence des vidanges. En vérité, le dispositif doit être régulièrement évacué selon une périodicité bien déterminée par un spécialiste lorsque la production de déchets est vraiment grande.

Par ailleurs, certains détails peuvent également être d’une grande utilité dans votre choix. Il s’agit de :

  • La consommation en énergie électrique : assurez-vous que la consommation en énergie électrique soit satisfaisante avant d’opter pour le dispositif de votre choix ;
  • L’aptitude de gestion du temps d’immobilité : il existe des micros stations qui peuvent résister à une immobilité d’un à trois mois ;
  • L’aspect bruyant : les pompes, les compresseurs, les moteurs seront plus ou moins bruyants selon la technologie employée. Et cela risque d’être gênant si le dispositif est à proximité de la maison ;
  • Les normes CE : veillez à ce que le dispositif soit en conformité avec les normes spécifiées par l’arrêté du 7 septembre 2009.

Avec ces critères de sélection simples et bien définis, vous devez maintenant être en mesure de faire le meilleur choix en ce qui concerne votre micro station d’épuration. Alors, décidez-vous !

We will be happy to hear your thoughts

Leave a reply